1. Châteaux et Moyen Age
  2. Lexique médiéval
  3. Lettre M
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z



Lexique médiéval lettre M

Mâchicoulis

Construction en surplomb, en encorbellement, des remparts permettant de jeter des projectiles verticalement.

Maimbour

Du germanique mund ; latinisé en mundeburdium. Protection d'un puissant sur celui qui se met en sa dépendance.

Main d'oeuvre

Service dû au propriétaire foncier par les tenanciers des manses.

Mainmortable ou Mortaillable

Se disait d'un serf sujet au droit de mainmorte.

Mainmorte

Impossibilité, pour un individu, de transmettre librement son héritage. Droit pour le seigneur d'hériter, en totalité ou en partie, de cet héritage. Taxe payée dans ce cas au seigneur, par les héritiers, pour disposer des biens du défunt: tête de bétail (meilleur catel), somme fixe... Parfois (au XIIIe s.), propriété ecclésiastique (l'Église, comme corps, n'a pas de succession).

Maire

Du latin maior, le plus grand. Membre d'une communauté rurale qu'il dirige au nom du propriétaire ou de l'intendant.

Maire du Palais

A l'origine, responsable de la maison du roi, chargé d'approvisionner la table royale et de superviser l'administration des domaines royaux. Le maire (major domus) dirige les officiers du palais, à l'origine "domestiques". Il devient au VIe siècle le principal personnage du royaume après le roi. Peu à peu, les derniers maires du palais mérovingiens accaparèrent les prérogatives royales et la fonction devint héréditaire : de la mainmise sur l'organisation économique de la cour, ils passent insensiblement au commandement de la garde du roi, à la tutelle de ses recommandés, à la présidence de son tribunal. La charge devenue héréditaire dans la main des Pippinides leur permit d'accéder à la royauté.

Maison forte

Demeure munie d'organes défensifs mais dont le possesseur ne détient pas les droits seigneuriaux.

Malberg

Figure dans la loi Salique pour désigner l'éminence où se tient le tribunal, le mallus, des libres francs qui juge après avis des rachimbourgs. Terme germanique latinisé.

Mall

Tribunal public.

Manant

De l'ancien français maneir, demeurer, du latin manere. Désignait un paysan, un vilain ou un habitant d'un village par opposition à l'habitant d'un bourg.

Mandemant

Du latin mandamentum. Ordre émanant d'une autorité; en diplomatique royale francaise, lettres patentes caractérisées par la formule d'injonction "si vous mandons (lat. mandamus)"; pouvoir de commander, de punir, de contraindre; territoire où une autorité exerce son pouvoir de commander, de punir, de contraindre.

Mandragore

Du latin mandragora; du grec mandragoras. La mandragore, herbe à la grosse racine charnue, peut évoquer un corps humain. Cette forme a probablement contribué aux traditions rabbiniques qui prétendaient que la mandragore avait poussé au paradis terrestre. Les Grecs et les Romains l'utilisaient en philtres sensés faire naître l'amour, guérir la stérilité et multiplier l'argent. Cette superstition subsista jusqu'au Moyen Âge et fut combattue par l'Église.

Mangonneau

Sorte de catapulte fréquemment utilisée au XVe. Il portait à une extrémité de son levier une poche pour loger le projectile, et, à l'autre, un fort contrepoids.

Manicle

Gantelet, plus précisemment garde du gantelet.

Manoir

Demeure à la tête d'un domaine agricole appartenant à un propriétaire de fief, noble ou non, ne possédant pas les droits seigneuriaux permettant d'élever un château muni de défenses importantes: tours, donjon, etc.

Manse

Du latin mansus. Centre d'exploitation rurale: maison, bâtiments, annexes, enclos. Exploitation rurale complète: bâtiments, champs, prés et tous droits d'usage. Cette exploitation rattachée à un domaine. Étendue de terrain équivalent à l'étendue moyenne d'un manse. Le manse est une parcelle habitée par le "manant" (du lat. manere) dans sa maison (mansio) ou mas. C'est le centre d'une petite exploitation agricole, utilisée pour la répartition des redevances et des services. À l'origine l'étendue du manse variait en fonction de la qualité du tenancier. La superficie arable et l'équipement du manse devaient permettre à une famille paysanne de se nourrir et d'acquitter les charges dues au propriétaire foncier. A l'époque carolingienne, le manse est une unité foncière servant d'assiette aux perceptions domaniales. Le manse carolingien est grevé de services en travail sur la réserve du maître ainsi que de redevances en nature et en argent.

Manteau de cheminée

Construction formée de deux piédroits, d'un couvrement et éventuellement d'un couronnement, renfermant le foyer et faisant avant-corps.

Marche

À l'époque carolingienne, vaste circonscription territoriale destinée à protéger une frontière. Dirigée par un marquis.

Maréchal

Du latin marescalcus. Valet ou officier d'écurie; l'un des grands officiers d'une cour princière ou royale, ayant des fonctions d'ordre militaire.

Margrave ou Marquis

Du latin marchio. Personnage de rang comtal placé à la tête d'une région frontière ou marche.

Marguillier

Du latin matricularius, garde-rôle. Le marguillier avait, dans chaque paroisse, la charge du registre où étaient inscrits les pauvres secourus pour l'Église.

Marque de Tâcheron

Signe gravé sur la pierre par le tailleur de pierre, il s'agit de la signature du travail réalisé par le tailleur.

Martyr

En grec: témoin. Dans l'Église, le martyr est celui qui a poussé le témoignage en faveur du Christ jusqu'à subir la mort pour lui. Le martyre est la première voie de sainteté reconnue par l'Église; les martyrs ont donné lieu à un culte très important durant le Haut Moyen Age.

Martyrium

Tombe d'un martyr ou d'un saint dans un sanctuaire. Par extension, nom donné à l'édicule, la chapelle ou la crypte contenant ce tombeau.

Mascaron

Masque sculpté de fantaisie pouvant décorer la clef de l'arc ou de la plate-bande d'une baie, l'orifice d'une fontaine, etc.

Mécréant

Participe passé de l'ancien français mescroire, être incroyant. Désignait un incroyant, une personne n'ayant aucune religion.

Meis

Du latin mansus. Mot dialectal repris par les historiens pour désigner, au moment du fractionnement des manses, aux XIe-XIIe siècles, la partie centrale séparée du reste.

Memoria

Monument consacré au souvenir de quelqu'un. Édicule funéraire abritant la tombe d'un personnage important.

Meneau

Traverse ou montant divisant un fenêtre.

Ménestrel

Du bas latin ministerialis, officier, serviteur. Le ménestrel était aux XIIe et XIIIe siècle un jongleur attaché à un seigneur.

Menhir

Monument mégalithique formé d'un seul bloc de pierre dressé.

Mense

Revenu ecclésiastique. La mense abbatiale est la partie des revenus monastiques attribuée à l'abbé (laïque le plus souvent); la mense conventuelle la partie réservée à l'usage des moines.

Mentonnière

Pièce que l'on attachait, au milieu du XVe, devant la barbute et qui protégeait le nez et le bas du visage.

Merlon

Partie pleine d'un rempart entre deux créneaux.

Merrain

Bois de charpente.

Messe

Service eucharistique où le prêtre consacre le pain et le vin en corps et sang du Christ en union avec les fidèles.

Métairie

Domaine agricole ou ferme exploité selon le système du métayage.

Métayage

Contrat d'exploitation agricole dans lequel le propriétaire d'un domaine rural le loue au métayer en échange d'une partie des fruits et récoltes.

Métier

Corps organisé des artisans d'une même profession.

Métope

Intervalle entre les modillons d'une corniche (abside d'église romane).

Meurtrière

Ouverture étroite pratiquée dans le mur d'un ouvrage fortifié pour permettre l'observation et l'envoi de projectiles.

Mille

Mesure maritime valant environ 1852 mètres. En Angleterre, on distingue ce mille nautique du mille terrestre de 1609 m.

Milliaire

Borne routière romaine où les distances sont libellées en milles; le mille contient mille pas et vaut 1482 mètres.

Mime

Récit ou discours burlesque, déclamé et joué par un acteur.

Mine

Du bas latin mina, du latin classique hemina; du grec hêmina. Mesure de capacité variable pour les grains et les farines. La mine de la région parisienne valait environ 78 litres.

Ministérial

Originairement le membre de la familia d'un propriétaire, donc esclave, mais ayant certaines charges, donc certaines compétences (maire, artisan, doyen). Le ministérial désigne ensuite: un serviteur domestique (libre ou non), souvent spécialisé dans un métier ou un officier subalterne détenteur d'une part de l'autorité publique ou encore un agent seigneurial ayant une fonction de police ou d'administration. ou enfin une catégorie de serfs chargés de services privilégiés, avant tout le service militaire; ils forment en Allemagne (XIe siècle) une classe héréditaire dont les membres sont généralement chevaliers et dont les éléments supérieurs accèdent à la noblesse.

Miracle

Du latin miraculum, prodige. Le terme apparu à la fin du XIe siècle designe un genre dramatique médiéval de forme généralement brève, il fut éclipsé par la vogue du mystère.

Miséricorde

Dague à lame mince et à deux tranchants. A l'origine une épée très courte. Destinée à se glisser dans les défauts de l'armure.

Missaticum

Région d'inspection des missi dominici chargés par le roi ou l'empereur de multiples tâches, parmi lesquelles le contrôle des fonctionnaires locaux. Un missaticum comprend en général plusieurs pagi.

Missus ou Missi Dominici

Envoyés, représantants du pouvoir central carolingien, chargés de surveiller les autorités locales; ils vont généralement deux par deux: un laïc (comte) et un ecclésiastique (évêque). Leur tournée d'inspection se fait dans un missaticum regroupant plusieurs comtés.

Mistral

Collecteur d'impôts, qui percevait le tiers des produits des actes de justice relatifs aux habitants du mandement. Cette charge est héréditaire et peut passer à une femme par héritage. Le mistral touche des revenus proportionnels aux recettes de la châtellenie. Son intérêt étant que celles-ci soient les plus élevées, il empêche le châtelain de détourner des fonds et donc de léser le Dauphin. Le mistral devait veiller au bon état des chemins, il devait entretenir les moulins delphinaux qui dépendaient de sa mistralie et quand une réparation était nécessaire, le mistral avait le droit, avec l'assentiment du châtelain, de prendre des troncs de chênes dans la forêt de Servette.

Mistralie

Partie du mandement sur lequel le mistral exerçait son office.

Modillons

Corbeaux ornés soutenant une corniche d'une abside de type roman. Ils représentant souvent des figures humaines licencieuses grimaçantes en alternance avec des animaux ou monstres du bestiaire roman, symboles du combat perpétuel entre le Bien et le Mal.

Moellon

Pierre, non taillée ou grossièrement taillée, de petites dimensions.

Moine

Du latin monacus du grec monos, seul. Membre d'un ordre à voeux solennels vivant en communauté dans une maison religieuse soumise à la clôture pour y louer Dieu par le renoncement aux biens de la terre, l'ascèse et la prière. Le moine prête trois voeux perpétuels: pauvreté, chasteté, obéissance. L'accès des moines à la prêtrise est exceptionnel durant le Haut Moyen Age. On notera donc que le monachisme n'est pas lié à la cléricature et que tous les religieux ne sont pas des moines: franciscains ou dominicains des ordres mendiants.

Moineau

Petit blockhaus ou avant-corps placé au pied d'une courtine et en général garni de meurtrières.

Monaitaire

Fonctionnaire royal, puis serviteur d'un grand, laïc ou ecclésiastique, qui frappe monnaie.

Monastère

Communauté de moines ou de moniales, établissement où des religieux ou religieuses vivent en communauté, selon une règle et sous l'autorité d'un abbé ou d'une abbesse.

Monogramme

Réunion en un seul signe de plusieurs lettres d'un nom propre royal. Apposé au bas d'un diplôme royal en signe de validation, il tient lieu de signum.

Monophysisme

Doctrine qui insiste si fortement sur l'unité de la personne du Christ incarné qu'elle ne distingue plus ses deux natures, humaine et divine.

Mortier

Mélange de chaux, de sable et d'eau qui sert à lier les pierres.

Motet

Pièce musicale à une ou plusieurs voix apparue au XIIIe siècle. Le motet peut être religieux ou non, il est parfois soutenu par des instruments.

Motte ou Motte Castrale

Du latin mota. Élévation artificielle ou naturelle sur laquelle est construite une fortification; fortification.

Moulin

Dans les royaumes barbares, la diminution de la main-d'oeuvre esclave nécessite le remplacement du moulin à bras par le moulin à eau qui permet une grande économie de main-d'oeuvre. Il importe donc, dans les textes de cette époque, de distinguer les deux types.

Muid

Du latin modius. Mesure de capacité pour les liquides et les solides; de valeur variable selon les temps et les lieux, le muid a presque toujours une capacité considérable, de l'ordre de plusieurs centaines de litres: il contient, à l'époque romaine, 8 l 67 cl, à l'époque mérovingienne environ 34 litres, après la réforme de Charlemagne environ 52 litres.

Mur de refend

Mur porteur d'un bâtiment formant une division intérieure.

Mystère

On trouve le terme formé sur le latin mysterium, du grec mustêrion, de mustês, signifiant initié, sous la forme mistere dès le XIIe siècle chez Gautier d'Arras . Genre dramatique médiéval, imitation de l'histoire sainte, qui s'adresse au peuple et joué principalement par des mimes et des jongleurs.